Enseigner

 

Freud disait qu'il y a trois métiers impossibles : enseigner, psychanalyser et gouverner. Le métier d'enseignant peut d'une certaine manière regrouper les trois : il faut savoir enseigner, mais aussi diriger sa classe et guider ses élèves, donc gouverner, sans oublier de les comprendre, d'être un peu psychologue par moment.

 

Enseigner consiste à faire acquérir des savoirs, mais ce n'est pas tout. Non seulement l'enfant doit avoir compris et mémorisé les notions, mais il doit encore pouvoir les réutiliser, si possible sans y penser : par exemple, on écrit "et" ou "est" selon le contexte, sans avoir besoin de se poser la question : on a automatisé l'utilisation de ces deux homonymes. Pour automatiser, il faut s'entraîner. On dit qu'un enfant "normal" (qui n'a pas de problème d'apprentissage ou de précocité intellectuelle) a besoin de revoir 7 fois une notion pour l'assimiler, c'est pourquoi les programmes scolaires se ressemblent un peu d'une année à l'autre, avec une progression assez lente entre le CE2 et le CM2. Il ne faut pas hésiter à proposer plusieurs fois des exercices sur le même cours, et penser à le réévaluer régulièrement : par exemple, dans le contrôle de grammaire de février, on peut ajouter un exercice sur une notion abordée en septembre. Dans chaque contrôle, on peut prévoir un exercice sur une notion vue antérieurement.

 

L'école doit aussi faire acquérir des savoirs faire : se comporter en groupe, chercher, persévérer, s'organiser, travailler à plusieurs, coopérer, se corriger, prendre confiance en soi, rédiger... la liste est longue de ce qu'on appelle les "compétences transversales". Elles sont bien sûr aussi importantes que les savoirs.

 

Il faut surtout avoir conscience que l'enseignement est un métier de don et d'amour, qui doit être fait avec passion. C'est un métier où la relation est essentielle. Un bon enseignant doit être capable de créer un lien, d'être exigeant, mais aussi bienveillant.

 

Au delà des méthodes, de l'expérience et des qualités professionnelles, l'essentiel est d'aimer ses élèves et de s'en faire aimer. Un élève qui a ce genre d'enseignant a envie de venir en classe, de travailler et de réussir, beaucoup plus qu'avec un enseignant dont il a peur ou qu'il n'aime pas.

 

Il m'est arrivé, heureusement très rarement, d'entendre des instits dire : "Je ne suis pas là pour les aimer" (exemple d'une maîtresse de CP). Alors là, je dis franchement : "Changez de métier en urgence", car il s'agit d'enfants !!!!!

 

On ne peut pas enseigner dans l'indifférence affective ; il faut aimer ses élèves, c'est indispensable.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×